• Céline KEMPF

Face à la peur


Crédit photo : Thibaut de la Varenne

Il nous est déjà arrivé à tous de connaître la perte, n'est-ce pas ?

De celle qui passerait presque inaperçue à celle qui nous terrasse, nous envoie au tapis, nous laisse comme vivant mais mort ; en passant par toute la gamme des nuances intermédiaires... évidemment, évidemment ! Et si nous avons connu la perte, sûrement avons-nous également fait connaissance avec la peur ?

LA PEUR qui prend racine, qui s'étend, se multiplie, devient plurielle ; les peurSss qui gagnent du terrain, finissent par nous ligoter, nous étouffer, nous soumettre...

"La plupart du temps, les peurs s'installent et restent ensuite profondément ancrées car on a tendance à les nourrir, à les laisser faire, à nous donner des ordres et à nous diriger au lieu de leur crier : "hé, ho, tu te crois où ?". Chaque fois que nous laissons la peur prendre le dessus sur notre volonté, nous nous soumettons à elle, et plus cela avance, plus il devient difficile de s'y opposer et de la déloger.

Comme dit précédemment, les peurs sont psychosomatiques, ce ne sont que des projections de l'esprit et en conséquence, la plupart restent peu oppressantes tant qu'elles restent à l'état de fantasme. En revanche, pour peu qu'elles durent depuis longtemps et que le fantasme se soit confronté à la réalité, elles finissent par s'inscrire en profondeur et peuvent parfois perturber la personne de manière très significative (par exemple les personnes ayant une simple peur de l'avion, qui vont développer une véritable phobie en voyant à la télé un accident d'avion ou en perdant un proche dans une catastrophe aérienne). Parfois, c'est la confrontation à un événement physique qui va engendrer le fantasme, avec les mêmes effets perturbateurs (par exemple une personne qui manque de se noyer et qui développera une peur phobique de l'eau).

Plus la peur est installée depuis longtemps, plus elle a tendance à réguler votre vie sans que vous vous en rendiez compte. Vous faites des choix en pensant qu'ils sont des choix délibérés, que vous avez pris pour des "bonnes" raisons, alors qu'ils sont en réalité des choix dictés par vos peurs inconscientes.

[...]

Bien entendu, affronter ses peurs n'a rien d'aisé. La Peur est un ennemi qui ne se laisse pas faire, et qui, en réponse à notre volonté de lui désobéir et de l'affronter, va provoquer maux de ventre, suées, tremblements, tachycardie, nausées...

Pourtant, vous devez partir du principe que votre volonté est plus forte que n'importe quel ennemi, à commencer par celui-ci. Aussi difficile que ce soit, cette réponse de la Peur n'est que temporaire. Ce n'est que parce que vous lui êtes soumis que son action est efficace. Plus vous aurez la force de dire "non", plus les effets du malaise se dissiperont.

Il convient de ne pas s'y prendre n'importe comment dans cette confrontation qui a l'apparence d'une guerre d'usure et pas d'une bataille. Quelques règles de base :

  • Y aller progressivement : il ne faut pas vouloir en faire trop dès le début, les résultats viennent progressivement, jamais en une seule fois.

  • L'exposition à la peur doit se faire sur une période assez longue. C'est une course d'endurance, de la même manière que votre cœur met un temps avant de profiter de votre entraînement cardiovasculaire, la peur ne peut commencer à diminuer que lorsqu'on a passé un certain cap où le malaise a disparu. On est tenté de croire que ce malaise ne disparaîtra pas et de fuir, alors qu'en restant et en affrontant, on s'aperçoit qu'au bout d'un certain temps, le malaise disparaît et la volonté prend réellement le dessus, reléguant la peur à ce qu'elle est : une simple peur et rien d'autre.

  • La confrontation doit être faite régulièrement afin de refouler la peur toujours plus loin. Si vous arrêtez avant que le travail ne soit terminé et donc sans avoir réellement repoussé la peur pour de bon, alors elle finira par se réinstaller et risquera de resurgir inopinément. Répétez régulièrement l'opération en vous confrontant directement à votre peur, sans chercher d'artifices ou d'excuses pour vous éviter d'avoir à y faire face, et jusqu'à ce que celle-ci ait complètement disparu.

  • Pratiquer en complément les différents exercices de relaxation et de renforcement de la volonté [...] vous permettra de faciliter votre travail.

Tenez-vous-le pour dit : le seul moyen de se débarrasser d'une peur, c'est d'y faire face."

La voie du mage, Arnaud Thuly

Nous avons tous nos stratégies face la peur, la fuite, l'attaque, la paralysie ; du connu archi-connu, des programmes de pilotage automatiques archaïques super bien rodés.

Il y a quelques années j'ai été confrontée à une réactivation des pires Peurs que j'avais en stock, le genre de PEUR dont je parlais plus haut, de celles qui vous laissent K.O. debout...

J'ai expérimenté que ce que dit Arnaud Thuly de la confrontation à la peur est vrai. Mais au début, tout au début, quand je ne l'avais pas encore lu, que je n'avais pas encore la conscience de ce qui se jouait, intuitivement c'est quelque chose d'autre qui m'a aidé et c'est cette chanson, Wear it like a crown (Rebekka Karijord, The noble art of letting go), qui me l'a inspiré.

Pour moi-même (j'ai un côté Princesse Petit Pois et je le vaux bien ;o)!), j'ai baptisé ça "la technique de la couronne". Cesser de cacher la peur sous le tapis, la regarder droit dans les yeux mais avec le cœur, l'examiner dans le détail comme un joaillier vérifierait l'authenticité d'une pierre précieuse, la rencontrer vraiment, la laisser s'exprimer et finalement la porter sublimée comme une reine (ou un roi) porterait une couronne.

Et si nous cessions de faire de la peur notre ennemie à quelles solutions nouvelles cela nous ouvrirait-il ? Vers quel nouvel espace et conscience cela nous mènerait-il ? Quel espace de liberté cela pourrait-il ouvrir en nous ?

Wear it like a crown, porte-la comme une couronne ou participer à la transmutation d'une faiblesse en force ; traverser la peur est un pasSage.,

CET ARTICLE VOUS A INSPIRE ? VOUS AVEZ ENVIE DE LE PARTAGER ?

Le partage en conscience, une démarche responsable !

Si vous souhaitez partager ce texte merci de le faire en conscience, de ne rien en modifier, de nommer l'auteur (Céline Kempf) et de renvoyer vers la source originelle sur www.celinekempf.com pour respecter les droits d’auteurs.

Merci de votre fidélité et de vos partages.

Céline

Rendez-vous sur ma page Facebook Céline Créative & Intuitive pour poursuivre vos découvertes !

#Lecture #Emotionnel #Conscience

Céline Kempf © 2017 - Tous droits réservés - Mentions légales